Vos témoignages... nous, on les adore!

61 message(s) dans le livre d'or

  • Marie, Maxime et Arthur
  • Le 23/11/2014

Impossible de ne pas remercier l'équipe de Materlait pour nous! Sans elle , nous n'aurions certainement pas continuer l'allaitement d'Arthur qui a maintenant 6 mois et qui est toujours allaité et au lait maternel chez nounou!

Le démarrage fut difficile, un accouchement 5 semaines avant la date prévue, un bébé petit gabarit qui se fatigue et ne prend pas de poids. Je suis allée à ma seule et unique séance pré natale la veille de mon accouchement!

Et nous allons à notre première séance post natale le lendemain de ma sortie de maternité. Nous étions complètement perdus. Trop de discours différents, peu de soutien du corps médical qui voulait absolument mettre Arthur au lait artificiel.
Un rendez-vous en individuel pour savoir ce qui va et ce qui ne va pas, des conseils, de l'écoute, du soutien... Nous n'étions plus seuls! ( je dis NOUS car Papa est très présent et son soutien est tout aussi indispensable! Sans lui je n'aurais pas continué)

Maintenant, tout roule à merveille. Arthur a 6 mois on oublie qu'il est préma!!! J'ai repris le travail , je tire mon lait le midi. Arthur continue d'être allaité dès que je suis à la maison. On va démarrer doucement la diversification. Là aussi on aura besoin de conseils et on sait où les trouver!

Merci à vous!!!

  • Leclercq
  • Le 14/11/2014

Mon petit loup a aujourd'hui 1 mois et demi, et je l'allaite exclusivement. Au début de ma grossesse, allaiter était évident mais je me suis toujours dis que si ca échouait tant pis je passerai aux laits infantiles.
Des appréhensions sont apparues, vais-je ne pas être trop fatiguée par les têtées et de gérer seule...Materlait m'a été conseillée par plusieurs amies qui ont eu des difficultés lors du démarrage de l'allaitement.
J'ai participé à 2 réunions avant mon accouchement, 2 réunions d'information qui m'ont appris beaucoup de choses sur le fonctionnement de l'allaitement, et surtout 2 réunions qui m'ont rassurées sur la disponibilité des animatrices en cas de soucis post accouchement...
Par chance, mon allaitement s'est mis en place sans souci, je n'ai pas eu de besoins particuliers pour le démarrage ou pour tout simplement un soutien. J'ai par bonheur était soutenue énormément par mon conjoint, par ma famille pour me rassurer et persévérer lors des moments de doutes.
A cette heure, je remercie l'association pour ce qu'elles font ! Dans quelques semaines, je vais devoir commencer le sevrage pour cause de reprise du travail en secteur hospitalier et en poste, qui m'empêche de poursuivre ses moments magiques que je vis actuellement. Courage à toutes ! L'allaitement, il faut le vivre pour le croire !

  • Florence et Alexis
  • Le 09/11/2014

Avant la naissance d'Alexis, je ne savais pas encore si j'allaiterai, puis j'ai rencontré Julie qui a réussi à me rassurer, et à dissiper mes doutes. Puis Alexis est arrivé et l'allaitement est devenu une évidence. Je me suis rendue aux réunions de Materlait dès le départ le mardi matin, et j ai ainsi pu recevoir les conseils et le soutien de Yolande, Julie et de toutes les autres mamans. Sans ces réunions, je ne sais pas si j'aurai pu continuer à allaiter si longtemps : Réflexe d'éjection fort, baisse de la lactation....bref quelques petits ennuis vite résolus. Il m'arrivait d'ailleurs de me rendre aux réunions juste pour le plaisir de rencontrer, et d'échanger. Aujourd'hui, Alexis a 6 mois et demi, et continue à être allaité en mixte (biberon de lait artificiel chez la nounou). Je remercie Yolande, Julie, toute l'équipe de Materlait, et toutes les mamans des réunions du mardi pour leur soutien et conseils. Evidemment je conseille Materlait à toutes mamans et à tous les papas désirant tenter l'expérience de l'allaitement.

  • Alice Varet
  • Le 03/11/2014

Materlait, un soutien primordial pour l’allaitement

L’allaitement, lors des séances de préparation à l’accouchement, j’avais dit « pourquoi pas ? ». Je voulais au moins essayer, même si ma maman n’avait jamais réussi à allaiter aucun de ses 3 enfants. Sur les conseils d’une amie, je me présente un peu tardivement chez Materlait (sans le savoir 2 semaines avant d’accoucher), j’apprends quelques techniques, mais j’avoue ne pas avoir tout intégré : j’avais retenu « ballon de rugby, madone inversée »… Cela restait très flou pour moi à ce moment !

Sauf que, quand bébé arrive, on n’est plus dans le fictif. La tétée de bienvenue se passe bien, et je commence donc l’allaitement à proprement parler. Les sages-femmes et puéricultrices de la maternité sont très pédagogues, ce qui n’empêche pas la formation de crevasses et l’engorgement. Pas facile d’être une maman !

Rentrée à la maison, je me débrouille tant bien que mal, en tâtonnant comme toute jeune mère. 15 jours après la naissance, l’allaitement est devenu très difficile, au point d’en pleurer de douleur… Ma famille a beau me dire que ce n’est pas grave, qu’allaiter n’est pas une obligation, j’avais l’impression de ne pas répondre aux besoins de mon fils… Détestant par-dessus tout ce sentiment d’échec, je fais appel à la sage-femme qui m’avait suivi pendant la grossesse (pour info, 2 rendez-vous post-accouchement sont pris en charge par la CPAM (1) ). Puis je retourne à la permanence de Materlait.

L’écoute, le conseil des filles de l’association ont été primordiaux pour ma persévérance. Le côté grande salle avec plein de mamans allaitantes et de bébés me rebutait un peu au début, mais c’est aussi un moment d’échange d’expérience, d’émotions, de soutien pour soi (oui, on n’est pas seule à galérer, parce que ce n’est pas facile) et pour les autres (« ne t’inquiète pas, moi aussi je suis passée par là »… J’ai aussi profité d’un rendez-vous individuel, au cours duquel tous les conseils, techniques sont prodigués personnellement, avec mise en pratique en compagnie de bébé. C’est grâce à Yolande aussi, qu’on a détecté le petit frein de langue trop court, qui gênait la succion. Une fois ce petit souci résorbé, l’allaitement est devenu un vrai bonheur.

Sincèrement, la sage-femme et Materlait m’ont sauvé, car sans elles, j’aurais abandonné. Je remercie Estelle, Isabelle, Lucile et Yolande pour leur bienveillance, leurs conseils et leur professionnalisme.

Allaitement et reprise du travail : c’est possible !

Un premier enfant à 37 ans… Et dans une situation peu banale puisque, responsable communication d’une entreprise dans le privé, je me retrouve fin mars 2014 adjointe au maire d’une ville de 90 000 habitants, enceinte jusqu’aux yeux ;-)

Mon congé maternité n’a donc pas été de tout repos, ayant été active jusqu’au jour de l’accouchement, et reprenant le chemin de la mairie, bébé sous le bras (enfin dans son couffin), 3 semaines après ! Il m’accompagnait à mon bureau et dans mes réunions. J’ai même installé une table à langer dans mon bureau d’adjointe…

Et l’allaitement me direz-vous ?

Et bien, j’ai géré.

J’ai réussi à l’allaiter exclusivement pendant 2 mois. Puis j’ai testé un lait de relais qui a bien été accepté, au cas où je devais m’absenter une journée. J’ai commencé un stock de lait 15 jours avant ma reprise du travail.

Le tire-lait électrique est devenu mon meilleur ami. J’en ai choisi un super-transportable (2) (dans un petit sac à dos), ce qui permet de m’« exprimer » en milieu de journée. Mais pas toujours évident à faire comprendre, que ce soit à son employeur : « oui, on a le droit légalement de 40mn à 1h par jour pour ça ! (3) » (mais 20mn me suffisent), aux collègues politiques masculins (auxquels on ne peut pas dire « je vais devoir faire une pause de 15mn ou ma poitrine va exploser »), ou aux organisateurs de réunion qui vous proposent un débarras, seul endroit possible dans un ensemble de bureaux en murs vitrés…

Bref, j’ai repris le boulot il y a 2 mois. Mon bébé a intégré une crèche collective, qui accepte mes pots de lait maternel congelé. Je tire mon lait au réveil, il en boit une partie avec papa à 8h15, reçoit un biberon de lait maternel et un biberon de poudre à la crèche, et j’ai gardé pour notre plaisir à tous les 2, la tétée du soir. Et le week-end, c’est allaitement sans prise de tête. C’est un vrai moment de complicité et d’échange entre nous…

Voilà, aujourd’hui, mon loulou a 6 mois, il se porte merveilleusement bien, et je continue de l’allaiter. Je ne sais pas quand j’arrêterai, je ne suis pas encore prête. Je suis fière de mon parcours de maman, difficile et fatigant parfois à mixer avec le professionnel et l’engagement politique. Et si c’était à refaire, je recommencerais sans hésiter…

Ps : je suis heureuse d’apprendre qu’une consultation en soirée a été récemment mise en place pour les mamans actives. Je pense bien en profiter…!

(1) http://www.ameli.fr/assures/droits-et-demarches/par-situation-personnelle/vous-allez-avoir-un-enfant/vous-etes-enceinte-votre-grossesse/un-accompagnement-a-domicile-apres-l-accouchement.php
(2) Ameda Lactaline Personnal, loué en pharmacie, remboursé par la CPAM (sauf les téterelles).
(3) Une salariée peut allaiter ou tirer son lait durant les heures de travail, pendant 1 an à compter de la naissance de l'enfant. Cette heure journalière est répartie à raison de 30 mn le matin et 30 mn l'après-midi.
Attention : chaque période d'allaitement est réduite à 20 mn si l'employeur met à disposition de la salariée un local dédié à l'allaitement, situé à l'intérieur ou à proximité des locaux affectés au travail.
(http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F1769.xhtml)

Nicolas papa de Valentin :

Dès les premiers mois de grossesse, mon épouse et moi avons parlé de l'allaitement. Personnellement, j'y suis très favorable car c'est avant tout le meilleur pour notre petit garçon ; mais également des moments de complicité inoubliables entre la maman et le bébé et une facilité d'organisation en tout lieu et toute heure.
Je démens ce qui est parfois entendu quant à un manque pour les papas de voir leur bébé en "fusion" avec la maman. Il y a beaucoup d'autres moments où le papa peut s'épanouir avec son enfant : pour ma part, les câlins, les bains, le couchage, les moments d'éveil et après quelques semaines, les biberons de lait maternel .
Mon épouse était favorable à l'allaitement mais avec des réserves ; en bref, si cela ne marchait pas ou si elle ne se sentait pas à l'aise, elle l'aurait arrêté rapidement. Et il y a eu des moments difficiles, de la fatigue et donc des doutes. Dès la maternité : comment positionner le bébé, est-il suffisamment alimenté ... jusqu'à l'apparition d'un début de crevasse, rapidement soigné grâce aux conseils de reçus à Materlait.
Heureusement, nous avions pris contact avec l'association, avant la naissance de Valentin, ce qui a permis de se motiver jusqu'aux réunions collectives. Ces dernières ont permis de poursuivre paisiblement l'allaitement et même de le réussir. À chaque question, chaque doute, mon épouse notait nos interrogations en me disant : je verrai avec Materlait ; cette association fait pleinement partie de l'allaitement de notre enfant comme un accompagnateur au quotidien, comme une mère qui sait conseiller sans juger.
Pour l'anecdote, j'ai à plusieurs reprises entendu mon épouse dire à notre petit garçon : "demain on va demander à Yolande ! " Mais qui est cette Yolande que je ne connais pas ?! Afin de lever le mystère, je suis allé à une reunion de Materlait. Et j'ai fait connaissance de Yolande ; une dame rassurante en tout point de vue pour les mamans aux mille questions. Ce sont ces questions, qui animent la rencontre et Yolande ainsi que les autres membres de l'association Materlait rassurent les mamans. Elles répondent aux questions sans les juger, en prenant chacune de ces questions comme la plus importante. Tous ces échanges ont rassuré mon épouse qui aujourd'hui pense même poursuivre l'allaitement quand le travail sera repris. Cet allaitement, grâce à Materlait, est épanouissant pour nous trois !
Merci Materlait ! Je suis convaincu que sans vous, NOUS aurions abandonné ! Oui NOUS : pour moi, l'allaitement est un projet de couple. Alors avis aux papas : sans votre accompagnent moral et physique, l'allaitement est pour la maman une mission plus difficile. Ne passez pas à côté de cette chance naturelle. Notre petit Valentin a déjà 6 semaines ; il grandit et grossit à merveille ! Encore mille mercis à Materlait !
Nicolas.

  • Laura et Calie
  • Le 25/10/2014

C'est avec bonheur que nous avons fait une place à notre petite Calie née il a 6 semaines.
Une grossesse pleine de joies mais aussi pleines d'appréhension. Je n'ai pas connue l'équipe de Materlait pendant ma grossesse mais je vous invite à vous y en rapprocher, car c'est avec de si bons conseils et des encouragements comme cela, qu'on s’épanouit pleinement pendant la grossesse mais aussi après, en tant que maman.
Suite à des difficultés pour allaiter, je suis passée au biberon. J'ai tiré mon lait pour que Calie puisse toujours profiter du lait maternel. Je pensais que ce n'était plus possible d'allaiter. J'étais très déçu.
Grâce aux bonnes recherches et conseils de ma propre maman, (que je remercie énormément) j'ai rencontré l'équipe de Materlait et d'autres jeunes mamans.
Ces mamans qui comme moi avaient des doutes, des questions, des craintes... J'ai pu parler avec elles, bénéficier de leurs expériences et bonnes astuces.
J'ai surtout pu bénéficier du soutien, des encouragements et de tous les conseil de Yolande pour reprendre l'allaitement.
Chaque semaine, Calie et moi, nous rendons aux réunions Materlait qui nous permettent d'échanger entre jeunes mères et avec Yolande. Aujourd'hui, je suis plus épanouie que jamais dans mon rôle de maman, et dans l'allaitement qui se passe très bien. Je partage un moment privilégié avec mon bébé, un moment magique. Je suis très heureuse de connaitre tous ces précieux instants avec ma fille et son papa, qui m'a beaucoup soutenu dans cette étape importante, et qui a su trouver sa place.
Même si aujourd'hui l'allaitement se passe à merveille, je continue d'aller à Materlait car c'est une sortie agréable que l'on fait avec bébé, mais ça me permet aussi de poser mes questions actuelles et pour la suite (diversification, reprise du travail...)

Grâce à l'association Materlait, je sais que je ne suis pas seule, je me sens comprise et j'apprends à me faire confiance.

Merci à Yolande, à l'équipe Materlait, et à toutes les personnes que j'ai pu rencontrer à Materlait, y compris les mamans !

  • Antoine, Papa de Rachel et Laura
  • Le 24/10/2014

Bonjour,
Heureux papa des jumelles Rachel et Laura, aujourd'hui âgées de 4 mois.
Leur première sortie à 10j fût à Materlait et ce fut le début d'une longue série pour nous!!
Déjà parent d'une "grande", Noémie 3 ans et 10mois, qui fût allaitée 6 mois, nous pensions avoir les bases mais chaque enfant est différent et avec 2 les questions et inquiétudes se multiplient.
Heureusement, Materlait était la, superbe accueil et elles ont su de suite nous mettre à l'aise.
Beaucoup de questions, d'interrogations... Materlait a su répondre et nous mettre en confiance malgré un début difficile mais également le contact et le partage avec les différentes mamans sur leur expériences, leurs astuces...
Même nous, les papas (malheureusement peu représentés dans les réunions de groupe) ont leur lot de questions et Materlait est aussi là pour nous, alors n'hésitez pas l'allaitement se fait en famille !!! ;)

  • Gabrielle et mon fils Noa
  • Le 23/10/2014

Bonjour,

J'ai adhéré à l'association Materlait lorsque Noa avait 4 mois car j'avais un engorgement localisé, non résolu depuis 2 jours. Et là, j'avais besoin d'aide.
Avant, je pensais que je pouvais gérer seule l'allaitement avec les crevasses, les montées de lait pendant les pics de croissance.
Mais ce n'est pas si facile que ça! Plusieurs fois, je voulais abandonner. Néanmoins je voulais vraiment allaiter car pour moi c'est un bien naturel pour mon fils.
Quand je suis venue pour la première fois à Materlait, je me suis dit:" mais pourquoi je ne suis pas venue avant!".
Materlait a donné beaucoup de réponses à mes questions "sans que je les pose" :les échanges entre les mamans et les réponses de Yolande et Julie étaient suffisantes, rassurantes, pertinentes et enrichissantes. Et surtout je me sentais moins seule!
Alors j'ai continué à être présente tous les mardis après midis car nous abordions des thèmes comme l'allaitement, le sommeil, la diversification alimentaire, tout ce qui un jour peut arriver avec notre bébé.
Je voulais juste rajouter que je suis infirmière mais une jeune maman avant tout. Malgré mon métier, j'ai beaucoup appris grâce à Yolande et Julie ,donc un grand Merci à cette association.
Pour conclure, Venez nombreuses et... nombreux! :)

  • Juliette
  • Le 23/10/2014

J'ai accouché d'une petite Aglaé il y a bientôt 2 ans. Ayant déjà allaité ma première fille, Gabrielle, je souhaitais réitérer cette expérience positive. Mon objectif ? 6 mois d’allaitement exclusif ! Bien sûr, au début, il a fallu s’accrocher… Un bébé n’est pas l’autre, et il nous a fallu plusieurs jours pour nous apprivoiser, trouver notre rythme. Mais une fois passé le premier cap, quel plaisir de pouvoir partager ce lien si particulier avec son enfant, une suite logique de la grossesse selon moi. L’allaitement est une solution si pratique en plus ! Rien à préparer (surtout la nuit !), le lait toujours à bonne température, rien à emporter en voyage, économique, pas d’inquiétude concernant les quantités vu que de toute façon, bébé s’auto-régule ! Et dans les moments de doute (surtout au moment des pics de croissance !), de questionnements… je pouvais me tourner vers mes proches, en particulier mon mari et vers Materlait bien entendu, où les échanges permettent toujours de relativiser et trouver des réponses. Je crois que pour réussir son allaitement, il est nécessaire d’avoir confiance en soi (et en son lait !), en son bébé et d’avoir le soutien de ses proches. Avec mon mari, la nuit, c’est lui qui allait chercher Aglaé pour me la donner, moi qui allaitais et qui allais ensuite la recoucher. En journée, j’allaitais mais c’était dans les bras de mon mari qu’Aglaé s’endormait le plus souvent. Une fois l’allaitement bien en route, il a fallu envisager la reprise du travail. L’allaitement était si bien parti que je ne voulais pas arrêter à cause de mon activité ! J’ai repris lorsqu’Aglaé avait 4 mois, réserves de lait au congélateur et tire-lait sous le bras. J’ai la chance d’avoir un travail qui m’a permis de m’organiser. C’était compliqué, fatiguant, encombrant, et cela remplissait des journées déjà bien chargées. Mais, j’ai pris le rythme et je tirais mon lait autant de fois qu’Aglaé buvait chez sa nourrice. Bien organisée, photos d’Aglaé avec moi, j’avais mon rituel et la volonté d’y arriver. Cela a duré jusqu’aux 6 mois et demi d’Aglaé puis je fus en vacances (fini le tire-lait !), nous avons pu commencer la diversification alimentaire. Aujourd’hui, je suis heureuse d’avoir atteint mon objectif et fière d’avoir pu aller plus loin encore. J’allaite toujours Aglaé, matin et soir, sans contrainte, juste pour notre plaisir à toutes les deux. J’en profite ! Nous ne souhaitons pas avoir de 3ème enfant alors je sais que cette expérience incroyable prendra fin lorsqu’Aglaé et moi arrêterons, j’en profite donc d’autant plus. Je pense que l’allaitement est une de mes plus belles expériences de vie. Merci à Materlait pour sa présence et son soutien !

  • Pauline et Enola
  • Le 17/10/2014

Bonjour,

Enola est née il y a un mois. Le retour à la maison et le début de l'allaitement sont pas facile pour une maman débutante. On se sent vraiment perdu sans les équipes de la maternité. J'avais besoin de réussir mon allaitement pour renforcer le lien que je crée avec ma fille et vivre pleinement ses moments de partage et d'amour. Materlait m'a aidé à passer chaque étape (bonne position, soigner des crevasses, hyper lactation). Grâce aux conseils de Yolande, je n'ai plus aucune appréhension. Je vais chaque semaine aux séances du mardi. Je pense que sans Materlait, j'aurais déjà abandonné. Ça aurait été vraiment dommage car allaitement est un moment magique et si bénéfique pour Enola mais aussi pour moi. Les rencontres avec les autres mamans sont aussi très enrichissantes sur tous les sujets ( rythme du bébé, pleurs, portage, etc...) . On se sent moins seule et comprise !!! On partage nos questions, nos angoisses et on repart avec pleins de réponses et de courage. Je conseille à toutes les jeunes mamans de participer à ses groupes. Pour ma part, j'ai encore quelques étapes à passer avec Materlait : reprise du travail, diversification, etc. Je profite pour dire merci à Yolande, à toute l'équipe de Materlait mais aussi à toutes les Mamans de l'équipe du mardi.

Écrire un message sur le livre d'or